Les digues du torrent de Jaillières bientot renforcées

Publiée le 24 mai 2022

Les travaux de reprise des digues du torrent de Jaillières à Meylan vont commencer. Plus de 40 arbres et 500 arbustes seront plantés pour restaurer le corridor écologique.

le lit du torrent de jaillières à Meylan.
le lit du torrent de jaillières à Meylan. : Grenoble Alpes Métropole / Lucas Frangella

Nous sommes à Meylan, au milieu des pavillons et des jardins. Au coeur de ce cadre bucolique apparaît un lit à sec, avec ses roches et ses végétaux. Apparemment, il n’y a aucun danger. Pourtant, ici, coule le torrent de Jaillières. S’il présent un faible écoulement la plupart du temps, ce torrent peut connaître des épisodes de crues très rapides et très violentes. En cas de fonte des neiges brutales du Saint-Eynard ou d’orages violents sur la Chartreuse, le débit peut atteindre en une heure jusqu’à 11 m3 par seconde (celui de l’Isère se situe à environ 360 m3/s).

Or, le lit du torrent de Jaillières s’étire entre de nombreuses maisons construites entre les années 1980 et 1990. Entre 200 et 500 personnes résident aujourd’hui en bordures immédiates. En outre, les digues ont été endommagées par les derniers événements climatiques, notamment la tempête Eléonore en 2018 et les inondations du 29 décembre 2021 qui ont détruit la gare funiculaire de Saint-Hilaire du Touvet. Enfin, faute d’entretien, des arbres se sont développés dans les digues ou en bordure immédiate.

250 mètres de digue

Dans le cadre de la Gemapi (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), la Métropole va lancer des travaux afin d’assurer une protection à hauteur d’une crue centennale. Près de 250 mètres de digue et de seuils torrentiels seront construits entre juin et octobre 2022. Pour remplacer les 200 arbres qui ont été abattus et restaurer le corridor écologique, 40 arbres et 500 arbustes d’essences locales seront plantés à partir de l’automne 2022. « Il est très important de consolider ces digues et de végétaliser de manière organisée et maîtrisée », a insisté Jean-Yves Porta, conseiller métropolitain délégué aux risques naturels et technologiques.

« Ce fut un crève-cœur d’abattre les arbres mais il ne fallait pas laisser le torrent pouvoir choisir un autre lit que le sien, a confirmé Philippe Cardin, maire de Meylan. Ces travaux serviront à protéger les habitants et à permettre au torrent de rester dans son lit d’origine ». Un chemin d'accès sera également aménagé sur la rive droite du torrent. Le coût de l'ensemble ces travaux est estimé à environ 630 000 euros.

Grenoble Alpes Métropole / Lucas Frangella