Christophe Ferrari présente ses vœux pour l’année 2024

Publié le

Jeudi 25 janvier, devant un parterre composé d’élus et de représentants du monde économique et associatif, le président de la Métropole Christophe Ferrari, entouré des conseillers métropolitains, a présenté ses vœux pour l’année 2024. Extraits.

  • Accueilli dans l’enceinte de la MC2, le président a entamé son discours en soulignant l’importance de cet équipement culturel situé au cœur de la Métropole, " un lieu d’art et de culture, d’émotions, une Maison des Lumières, qui participe à éclairer nos esprits, à nous élever, à nous transporter, à nous interroger, à porter un regard sensible et en même temps critique sur le monde. "
  • Il a plus globalement affirmé l’engagement de la collectivité en faveur de l’art et la culture. " Parce que la culture nous émeut, parce que l’art nous emporte, parce que la science nous fait comprendre le monde qui nous entoure, conditions impérieuses pour mieux l'apprécier et le protéger, la Métropole en fait des priorités. "

Le contexte économique et environnemental

  • " Face à un bilan environnemental qui s’alourdit année après année à l’échelle internationale, face à la perte de sens et au sentiment que l’avenir est bouché pour beaucoup de nos concitoyens, à commencer par nos jeunes, face à l’inflation et l’envolée des prix de l’énergie qui amputent gravement le portefeuille des ménages, mais aussi des associations, des acteurs publics comme privés, il nous faut apporter des réponses fortes, collectives, chacun dans nos fonctions. Qu’elles soient électives ou professionnelles. Dans notre rôle de citoyen également. [...] Il faut donner de l’espoir, des perspectives, un avenir et favoriser le bien vivre et le vivre ensemble. "

Retour sur l'année 2023

" Une économie florissante "

  • " Cette économie florissante est soutenue par des investissements record de la Métropole cette année, une économie florissante que l’on facilite et accompagne pour que sa prospérité bénéficie à toutes et tous, au service du bien commun. Localement, le taux de chômage est le plus bas depuis 40 ans, l’un des plus bas du pays. Nous sommes la Métropole industrielle la plus dynamique de France, avec des postes très qualifiés. [...] Nous sommes aussi à la première place, après la région parisienne, pour le dynamisme de nos start-up, créatrices de plus de 6 000 emplois en 10 ans, fruit d’un écosystème local et de liens étroits entre universités, entreprises, laboratoires de recherche et collectivités locales. Un écosystème que beaucoup nous envient et surtout qui attire, qui rayonne à l’international."
  • " Soyons humbles, mais soyons fiers de ces résultats. J’en suis fier. Ils restent trop peu connus, alors qu’ils sont une réussite collective, un succès à poursuivre et nous y prendrons naturellement toute notre part. Je laisse aux esprits chagrins et politiciens, les deux pouvant se cumuler, le soin de nous expliquer que la Métropole n’y est pour rien dans cette trajectoire, et l’inverse, évidemment, lorsque la situation se dégrade ou est moins florissante."

Perspectives 2024

Soutien à l’enseignement supérieur, à la filière microélectronique, aux commerces, au logement, à la transition écologique...

  • " Plus de 26M€, c’est le montant que la Métropole a décidé de mobiliser jusqu’en 2027 pour soutenir l’enseignement supérieur sur notre territoire. C’est plus que la Région. "
  • " Nous avons également renouvelé notre soutien à la filière microélectronique par un soutien de 3,6M€ à destination des PME, apporté non sans exigence sociale et sociétale, et fléché exclusivement sur des projets en faveur des énergies renouvelables, de la mobilité électrique, de la recyclabilité des puces, ou encore pour des solutions améliorant le quotidien des personnes diabétiques. "

Commerces

  • " Parce qu’ils ont tout notre soutien, parce qu’ils participent à la vitalité de nos centres-villes, de nos centres-bourgs, à la vie de nos quartiers, nous sommes venus en aide à 170 commerçants au travers d’un soutien de plus d’un million d’euros pour améliorer leur boutique, leur outil de travail, ou encore, par solidarité, en urgence, à la suite des pillages et des saccages qui nous ont toutes et tous choqués."
  • " Nous avons soutenu plus de 40 projets d’économie sociale et solidaire, et ce budget sera renforcé de 10% en 2024."
  • " Nous avons lancé le réseau des entreprises de l’économie circulaire et ouvert le Pôle R, situé sur des anciens bâtiments de Schneider Electric, où nous avons conçu, avec le soutien de l’État, de l’Ademe et de la Région, un objet industriel de la réparation, du réemploi, de la seconde vie, de la chasse au gaspillage. 80 personnes y travaillent déjà. Il comptera cette année 60 salariés en insertion et une trentaines d’entreprises d’ici 2026, porté par une dynamique territoriale absolument extraordinaire."

Emploi

  • " L’enjeu du pouvoir d’achat et de la capacité à agir est majeur, il est de plus en plus prégnant avec une inflation qui dure, qui atteint 20% sur l’alimentation en deux ans, des taux d’intérêt et des prix de l’énergie qui ont explosé, et des capacités à emprunter, a fortiori à devenir primo-accédant, réservées à quelques-uns. Ces réalités, la Métropole les prend à bras le corps :
  • Par l’accompagnement en 2023, de 3 500 demandeurs d’emploi, 60% d’entre eux ayant trouvé un emploi durable grâce à l’accompagnement délivré.
  • Via nos missions locales, par le fonds d’aide aux jeunes en difficultés proposé par la Métropole pour leur permettre d’accéder aux soins, à un logement, à une formation.
  • Par l’encadrement des loyers pour lequel nous avons obtenu l’accord du Gouvernement, que je remercie, et qui permettra de limiter les hausses de loyer et les abus potentiels en la matière, sur tout ou partie d’une vingtaine de communes. Il sera mis en place cette année."
  • " Ces réalités, nous les prenons à bras le corps également par la tarification sociale de l’eau que nous avons été parmi les premiers à mettre en œuvre en France, que nous avons étendue, et qui bénéficie aujourd’hui à 20 000 foyers."
  • Par l’extension de la tarification solidaire dans les transports en commun de l’agglomération grenobloise, à laquelle 130 000 habitants sont désormais éligibles, soit 18 000 de plus avec cette réforme tarifaire qui privilégie une tarification au revenu.
  • " Mais aussi par la signature, demain du Pacte des Solidarités et du Contrat de Ville avec l’État, hier du renouvellement d’un partenariat salutaire, avec l’État également, en faveur de l’accueil et de l’intégration des réfugiés. C’est ce partenariat qui a permis, dans sa première édition entre 2019 et 2022, de faciliter pour plus de 1 000 réfugiés l’accès au droit, à la santé, à l’apprentissage du français, à la formation, l’emploi et au logement. Nous en sommes fiers, parce qu’il s’agit là d’un engagement solidaire, incarnant une Métropole hospitalière. "

Priorité au logement

  • " Je le dis souvent, la première des solidarités, c’est d’avoir un toit. La production nationale de logement social ne cesse de s’écrouler depuis 2017, passant de 105 000 logements par an à 80 000 environ, soit une perte de 25% ? Cet écart de 25%, c’est exactement l’écart que nous constatons localement sur la même période entre les objectifs que nous nous étions fixés – 1 000 logements par an - et ceux réalisés : 750 réalisés."
  • " Nous nous devons d’être bâtisseurs. Et nous nous devons d’être encore davantage des Maires et des élus rénovateurs, quand bien même notre programme métropolitain MurMur, éventuellement complété d’aides communales et nationales, a permis d’accompagner plus de 10 000 logements collectifs entre 2017 et 2022, d’en rénover plus de 7 000. Il reste encore de nombreux défis à relever. "
  • " Changer de braquet pour l’acquisition de logements dans l’existant, les améliorer et les transformer en logement social, c’est également l’une des ambitions fortes de notre prochain Programme Local de l’Habitat, y compris au regard des enjeux de mixité sociale et territoriale dans la production de logement social. Et nous le ferons, en lien avec Un Toit pour Tous notamment."
  • " Pour répondre à toutes ces ambitions sur l’habitat et le logement, la Métropole se donnera les moyens, avec une stratégie foncière, notamment pour maîtriser le prix du foncier, a fortiori dans le contexte du ZAN qui pourrait prêter à davantage de dérives spéculatives. Mais aussi avec 10M€ supplémentaires chaque année jusqu’en 2030, soit près de 25M€ par an, pour faciliter la rénovation et la construction de logements, notamment sociaux."

Transition écologique et justice sociale

  • " La transition est nécessaire, indispensable mais elle ne se décrète pas, elle s'accompagne. Au risque sinon de rester un objet réservé à quelques-uns, voire un fardeau pour de nombreux concitoyens et une entrave parfois même à la liberté et à la démocratie. La Convention citoyenne métropolitaine pour le climat l’avait d’ailleurs souligné et je salue à nouveau la qualité de leur travail, leur implication, qui se poursuit aujourd’hui, à nos côtés. "
  • " La transition ne se décrète pas, elle suppose du soutien, des solutions. Et les habitants, les acteurs locaux, en auront encore davantage en 2024 de la part de la Métropole. En voici quelques exemples."

Poursuite des aménagements cyclables

  • " Si 10 km supplémentaires de Chronovélos et de voies vertes ont été réalisées en 2023, nous ne lèverons pas le pied en 2024, confortés par les usagers qui se déclarent satisfaits à 95 % et dont 70 % indiquent que notre réseau cyclable a contribué à ce qu’ils enfourchent désormais leur vélo en abandonnant, pour tout ou partie, leur voiture. "
  • " En 2023, cinq compteurs ont dépassé le million de passage de vélos ! Pour poursuivre cette tendance, de nouveaux kilomètres de pistes cyclables sécurisées verront le jour cette année à Fontaine, à Pont-de-Claix, à Grenoble, mais aussi avec les premiers travaux de la Chronovélo circulaire demandée par les Citoyens de notre Convention pour le climat, à Eybens, à Poisat. Avec le lancement aussi des premiers aménagements de sécurisation cyclable de la Combe de Gières. "

Et bien d'autres actions

  • " L’année 2024 sera également marquée par la plantation de près de 1 500 arbres, soit le double de l’an passé, contribuant à la lutte contre les îlots de chaleur."
  • " Nous investirons massivement - plus de 10 millions d’euros - pour garantir une eau de qualité et sécuriser l’alimentation en eau potable des communes de Saint-Égrève, du Fontanil-Cornillon, de Saint-Georges et Notre-Dame-de-Commiers, mais aussi du Voironnais et du Grésivaudan. "
  • " Nous sommes et serons également aux côtés des agriculteurs et des filières locales de l'alimentation. Un combat pour une alimentation de qualité et une agriculture locale, justement rémunératrice de ses paysans, un combat mené avec l’ensemble de nos partenaires, des territoires voisins, du Conseil départemental. "
  • " L’année 2024 verra aussi, pour la seconde année consécutive, la mise à disposition d’une enveloppe de 2M€ pour financer les investissements des communes en faveur de la transition énergétique, 18 communes en ayant bénéficié en 2023 pour rénover leur crèche, leur école, leur éclairage public, ou encore acheter des véhicules fonctionnant au biogaz. "
  • " Par ailleurs, à défaut d’avoir été soutenues par le Gouvernement pour leurs travaux de rénovation thermique et énergétique, les TPE PME du territoire ont pu compter sur le soutien de la Métropole en 2023, un soutien que nous allons encore renforcer en 2024 en élargissant nos aides aux associations désormais, et en portant, dans quelques semaines, ces aides jusqu’à 50 000 euros, soit une hausse de 33%. Là aussi, il s’agit d’un engagement pris en réponse aux propositions de la Convention Citoyenne Métropolitaine pour le Climat. Là aussi, la Métropole se sent malheureusement bien seule parmi les partenaires publics pour soutenir nos TPE PME dans de tels travaux."
  • " L’année 2024 verra aussi la construction du réseau de chaleur de Meylan ainsi que la solarisation de plusieurs équipements métropolitains, permettant d’auto-consommer de l’électricité, notamment pour la patinoire de la Métropole, une patinoire qui est, je le redis, à disposition pour les Jeux Olympiques de 2030. À qui veut l’entendre, mon téléphone est toujours allumé. "
  • " Ce seront également près de 120 bornes de recharge électrique qui seront installées sur l’espace public, en complément des 170 bornes publiques existantes. C’est une multiplication par 4 depuis le début du mandat. "
  • " Une tarification environnementale, fonction du poids des véhicules, sera aussi instaurée dans les parkings en ouvrage de la Métropole. Il s’agit là d’une première en France, et d’une mesure qui s’inscrit en complément de toutes celles que nous avons mis en œuvre ces derniers mois, en lien avec le SMMAG, pour faciliter la bascule vers des mobilités durables grâce à des aides conséquentes, parmi les plus ambitieuses de France, si ce n’est les plus ambitieuses. "
  • " On parle ici de 1 000 euros par an pendant trois ans pour l’achat d’abonnements TER, de transport en commun, de service d’autopartage, de location de vélos, en cas d’abandon de la voiture. 80 % des métropolitains sont éligibles à ces aides, car nous faisons le choix d’aider aussi la classe moyenne. On parle ici également d’aides de la Métropole et du SMMAG à l’achat de vélos – jusqu’à 1 500 euros – et de véhicules à faibles émissions pour les particuliers, les associations et les entreprises. "

Projet de RER de l’aire grenobloise

  • " Si nous avons fait beaucoup, que nous ferons encore davantage en 2024, il est des projets majeurs que le territoire ne peut réussir seul, même avec toute la bonne volonté locale. Il en est ainsi du RER de l’aire grenobloise dont une brique supplémentaire verra le jour en 2024 avec les travaux liés au déplacement de la halte ferroviaire de Pont-de-Claix. Mais nous ne pouvons pas nous contenter des annonces gouvernementales qui prévoient chichement 50 millions d’euros en moyenne par RER dans l’immédiat. Une loi de programmation des investissements de l’État sur le ferroviaire, sur 10, 20 ou 30 ans est indispensable pour planifier et donner l’assurance et la visibilité nécessaires sur de tels projets, ici comme ailleurs. "
  • " Un projet comme celui-ci suppose aussi une mobilisation de la Région, dont je regrette profondément l’absence alors qu’elle était à nos côtés quelques années en arrière pour le soutenir, politiquement comme financièrement. Alors que toutes les Régions s’engagent à hauteur de plusieurs centaines de millions dans des créations de RER et des modernisations de lignes, ce silence régional, soudain, est ici terrible pour ce projet de trait d’union entre les territoires urbains, périurbains, ruraux et de montagne. "
  • " Sur ce sujet comme sur d’autres, vous pouvez compter sur moi, sur la Métropole, et sur l’ensemble des membres de l’Exécutif, que je salue et remercie pour leur action au quotidien. "
  • " C’est avec que nous construisons, et pas contre. C’est ensemble et dans le dialogue que nous réussissons et que nous réussirons, sans exclure. C’est en tout cas la conception de la Métropole, la mienne et elle perdurera en 2024. À chacune, à chacun d’entre vous, je présente mes vœux de santé, de joie, de bonheur, d’enthousiasme et de réussite. Une année d’émotions, de plaisir, d’évasion et de découvertes, de liberté, telles que nous procurent la culture et la science ! "

Télécharger le discours dans son intégralité

Cela pourrait vous interesser

Le budget 2024 de la Métropole en un clin d'œil

Le budget de la Métropole s'élève, pour l'investissement, à 256...

Actualité

Retour en sept délibérations sur le conseil métropolitain de février

Après une minute de silence respectée en l'honneur de Robert...

Actualité

En 2024, place aux lumières de la science et de la culture !

Avec l'ouverture toute récente de son nouveau centre de sciences...

Actualité