La Métropole aide les communes de son territoire à se former à l'accessibilité

Publiée le 21 septembre 2022

Ce mardi 20 février, la Métropole de Grenoble a signé une convention avec 6 communes de son territoire pour permettre à ses dernières de renforcer leur expertise en matière d’accessibilité. Objectif : faciliter l’accès aux prestations et services en direction des publics en situation de handicaps.

Ce mardi 20 février, la Métropole de Grenoble a signé une convention avec 6 communes de son territoire pour permettre à ses dernières de renforcer leur expertise en matière d’accessibilité afin de faciliter l’accès aux prestations et services aux publics

Contrairement à la Métropole grenobloise, les 49 communes de son territoire ne disposent pas toujours d’un service « accessibilité »… Un déficit qui peut être préjudiciable pour les publics atteints de handicaps et à mobilité réduite, les services proposés par les communes n’étant pas forcément adaptés à toutes les situations.

Claix, Domène, le Pont-de-Claix, Poisat, Seyssinet-Pariset et Varces-Allières-et-Risset

Pour pallier ce manque, la Métropole a souhaité faire bénéficier de son expertise en la matière à toutes les communes volontaires. C’est ainsi que Claix, Domène, le Pont-de-Claix, Poisat, Seyssinet-Pariset et Varces-Allières-et-Risset sont désormais les premières communes du territoire métropolitain à devenir membre du « Service commun accessibilité » lancé par la Métropole ce mardi.

Des formations pour les agents...

En lien avec APF France handicap, AFIPH (handicap intellectuel), l’association Valentin Haüy (déficients visuels) et l’association Malentendants 38, ce nouveau dispositif permettra à leurs agents (accueil, bâtiment, urbanisme) de bénéficier de formations « accessibilité ». Mais aussi d’expertise et de conseils pour la mise en conformité des établissements recevant du public (ERP). Ou encore pour la réhabilitation et la construction des bâtiments (bibliothèque, salle polyvalente…), des espaces verts, des parcs et d’aires de jeux inclusives pour les enfants.

Une vigilance et des registres

Des concertations seront également organisées avec les usagers et les associations du champ du handicap et une Commission communale d’accessibilité sera créée dans ces communes afin de donner des avis sur le respect de la réglementation dans le cadre de projets de travaux.

Enfin, des registres publics d’accessibilité seront mis en ligne : ils regrouperont l’ensemble des dispositions prises par l'ERP concernant l’accessibilité des personnes en situation de handicaps et à mobilité réduite, pour leur permettre d’y accéder, d’y être accueillies et de bénéficier de toutes les prestations pour lesquelles le lieu a été conçu.

Les signataires : Guillaume Lissy, maire de Seyssinet, Jean-Luc Corbet, maire de Varces, Crystel Bayon, maire de Domène, Fatima Benyelloul, conseillère à Pont-de-Claix, Raphaël Da Silva, conseiller à Claix et Christophe Ferrari, président de la Métropole

Une homogénéisation des pratiques et un intérêt financier

Financé par la contribution des communes à ce service « commun », ce dernier permettra à chacune des communes de faire des économies. A titre d’exemple, une journée de formation à l’accessibilité, réalisée par le service commun, représentera la moitié du coût d’une journée de formation réalisée par un prestataire extérieur.

Pour la Métropole, c’est aussi une chance : ce favorise la délivrance de réponses et de services homogènes aux usagers. Un usager en situation de handicap, bénéficiera du même service dans l’ensemble des équipements et espaces publics qu’il habite la ville centre ou une commune en périphérie. Par ailleurs, le développement de services communs est favorable à la création d’une culture commune de travail entre les services communaux et métropolitains.