Alimentation : la Métropole soutient l’installation d’agriculteurs à Meylan

Publiée le 21 juin 2022

Afin de soutenir l'agriculture locale et la consommation de proximité, la Métropole a fait l’acquisition de plus de 50 ha de terres dans la plaine de la Taillat à Meylan afin d’y installer de jeunes agriculteurs.

L'agriculteur Florian Giraud dans son champ.
À 21 ans, Florian Giraud fait partie des lauréats de l'appel à candidatures et loue, avec son père, 4 ha de terres à la Métropole.

Ils s’appellent Yann, Florian, Thomas, Justin et Sébastien et leur métier, c’est de cultiver la terre et de nourrir les habitants du territoire. Tous ont répondu à l’appel à candidatures lancé par la Métropole fin 2021 et ont été sélectionnés pour la qualité et la viabilité de leur projet agricole. Certains possédaient déjà une exploitation dans le secteur. D’autres se lancent dans cette nouvelle aventure avec passion. À l’image de Thomas Lecompte et Justin Bouvard qui porte en commun un projet de GAEC. « Grâce à cet appel à candidatures, on récupère 8 hectares sur des terres exceptionnelles afin de faire de la production maraichère bio en circuits courts », indique Thomas. « Sans l’aide de la Métropole, un projet comme le nôtre serait beaucoup plus coûteux et compliqué à mettre en œuvre car la problématique du foncier agricole est un vrai sujet. C’est une belle aventure qui s’ouvre à nous ».

De son côté, Yann Cholleau, installé depuis 8 ans sur un terrain de 3000 m2 à Meylan va pouvoir diversifier sa production. « J’ai une petite surface et ma production est aujourd’hui centrée sur du légume primeur. Grâce aux 2 hectares supplémentaires que je vais louer à la Métropole, je vais pouvoir compléter ma gamme avec des légumes d’automne et pérenniser mon activité ».

La commune voit l’arrivée de ces nouveaux agriculteurs d’un très bon œil. « Cette plaine a pendant longtemps nourri les populations alentours et nous sommes heureux qu’elle conserve cette vocation », déclare Philippe Cardin, maire de Meylan. Les installations vont notamment alimenter la restauration collective et le marché d’intérêt national (MIN) à Grenoble mais aussi les marchés du territoire et la vente directe.

Cet appel à candidatures - dont un second volet sera lancé en 2023-2024 afin d’attribuer les 11 hectares restants - a permis de conforter ou de soutenir la création de sept exploitations. En 10 ans, ce sont près d'une cinquantaine de projets qui ont été accompagnés par la Métropole, avec l'aide de la Chambre d'agriculture et la Safer (société d’aménagement foncier et d’établissement rural).

Préserver les terres agricoles : un enjeu stratégique pour la Métropole

« Quelle que soit leur commune de résidence ou leur catégorie sociale, les habitants veulent savoir ce qu’il y a dans leur assiette », explique Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole. « Au-delà de cet appel à candidatures, la Métropole a ainsi engagé de nombreuses actions en faveur de la préservation des terres comme le déclassement (via le PLUI notamment) de plus de 200 ha de terrains constructibles afin de les rendre à l’agriculture et à la nature ».

Elle met également en place un PAIT (projet alimentaire inter-territorial) et un Plan Climat Air Energie avec de forts enjeux en faveur de la reterritorialisation de la production alimentaire, de la préservation de la biodiversité, de l’adaptation des exploitations agricoles au changement climatique…

En ce sens, un espace d’expérimentation agro-écologique sera créé à l’horizon 2023 sur le site de Meylan. Il permettra aux agriculteurs de tester de nouvelles pratiques visant, entre autres, à s’adapter au changement climatique, à réduire les émissions de gaz à effet de serre, les consommations énergétiques et le recours aux produits chimiques…

Les élus, partenaires et agriculteurs lauréats de l'appel à candidatures sur les terres acquises par la Métropole dans la plaine de la Taillat à Meylan.

L'agriculture dans la Métropole c'est :

  • 11 000 hectares de surface agricole, soit 23 % du territoire métropolitain
  • 215 exploitations pour 245 agriculteurs
  • 47 exploitations en agriculture bio (630 hectares)