Les pionniers de l’emploi à Échirolles

Publiée le 9 mai 2022

Samedi 7 mai, l’entreprise échirolloise SOLEEO célébrait la signature de ses treize premiers CDI. L’entreprise à but d’emploi fait ainsi un premier pas vers l’objectif qu’elle s’est fixée : faire d’Échirolles un territoire zéro chômage.

Un des principes de l’expérimentation est le financement de ces emplois par la réaffectation des dépenses sociales causées par la privation de l’emploi (chômage, minima sociaux…)
Un des principes de l’expérimentation est le financement de ces emplois par la réaffectation des dépenses sociales causées par la privation de l’emploi (chômage, minima sociaux…) : Lionel Jacquart / Service communication - Ville d’Échirolles
Un des principes de l’expérimentation est le financement de ces emplois par la réaffectation des dépenses sociales causées par la privation de l’emploi (chômage, minima sociaux…)

Les rythmes joyeux et percussifs d’une batucada annoncent la couleur. A Échirolles-Ouest, devant le bâtiment de SOLEEO, l’heure est à la célébration. L’entreprise à but d’emploi (EBE), créée dans le cadre du dispositif national « Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée (TZCLD) », fête sa première grande victoire. Elle vient d’embaucher treize salariés en CDI. Sept hommes et six femmes, d’une moyenne d’âge de 45 ans, sont là, tout sourire, pour partager leur joie et leur fierté avec les habitants et les élus. Privées d’emploi depuis plus d’un an, ils et elles sont désormais des salariés.

Une réussite collective

« C’est le début d’une nouvelle vie pour ma fille et moi », déclare avec émotion une jeune femme. « Aujourd’hui, c’est nous. Demain, c’est vous ! », lance un autre salarié. Après ces prises de parole chargées d’émotion, le maire de la ville d’Échirolles, Renzo Sulli, s’excuse d’avoir à prononcer des mots de nature plus institutionnelle. Il rappelle le travail conjoint de Grenoble Alpes Métropole et de la ville dont il est le maire. « Le chômage reste une priorité pour nous. », rappelle-t-il.

La batucada a donné un air de fête à la signature de ces premiers CDI
La batucada a donné un air de fête à la signature de ces premiers CDI : Ville d'Echirolles
La batucada a donné un air de fête à la signature de ces premiers CDI

Il est rejoint sur ce point par Céline Deslattes, Vice-Présidente Emploi, Insertion et Jeunesse de Grenoble Alpes Métropole. « D’ici cinq ans, on veut créer 150 emplois avec les entreprises locales. » Tous les intervenants expriment un même espoir de voir ce qui est maintenant une expérimentation devenir une généralité étendue à d’autres territoires de l’agglomération grenobloise.

Des pionniers

Claire Dupin, Directrice de SOLEEO, se tourne vers les salariés de l’entreprise : « Vous êtes des pionniers. » De fait, ces premiers salariés de l’entreprise devront eux-mêmes démarcher leurs futurs clients, comme le rappelle François. « Finalement, c’est l’inverse d’une entreprise classique. Ici, on embauche d’abord et on trouve le travail ensuite. » À temps choisi, les salariés de SOLEEO devront effectivement répondre à divers besoins identifiés sur le territoire*. Une réponse en adéquation avec leurs compétences bien entendu. Du cousu main.

* Services aux habitants (transport de personnes, réparation d’électroménager, formation au numérique...), entretien et réparation de cycles, réemploi des jeux et des jouets en partenariat avec la Régie de Quartier d’Echirolles Pro’Pulse, ateliers d’auto réhabilitation accompagnée en partenariat avec les Compagnons Bâtisseurs et les bailleurs sociaux, blanchisserie de couches lavables en partenariat avec l’association Tohu Bohu, entretien de la flotte de véhicules de l’entreprise d’auto-partage de véhicules Citiz…

Comment sont financés ces emplois ?

Un des principes de l’expérimentation Territoire zéro chômeur de longue durée est le financement de ces emplois par la réaffectation des dépenses sociales causées par la privation de l’emploi (chômage, minima sociaux…).

L’expérimentation se fonde sur trois constats :

  • Personne n’est inemployable : lorsque l’emploi est adapté aux capacités et aux compétences des personnes.
  • Ce n’est pas le travail qui manque : un grand nombre de travaux utiles, d’une grande diversité, restent à réaliser.
  • Ce n’est pas l’argent qui manque : la privation d’emploi coûte plus cher que la production d’emploi supplémentaire.

La Métropole et la Ville d’Échirolles apportent un soutien fort au projet en moyens humains (ingénierie de projet) et en moyens financiers et matériels (subventions de démarrage, mise à disposition de locaux).