150 citoyennes et citoyens face au défi climatique

Publiée le 28 février 2022

Les membres de la Convention citoyenne métropolitaine pour le climat se réuniront pour la première fois samedi 5 mars. Pendant cinq mois, ils seront amenés à réfléchir à des solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

Les sessions de travail de la CCC se dérouleront à la Maison de la création et de l’innovation de l'Université Grenoble Alpes.
Les sessions de travail de la CCC se dérouleront à la Maison de la création et de l’innovation de l'Université Grenoble Alpes. : Grenoble Alpes Métropole
Les sessions de travail de la CCC se dérouleront à la Maison de la création et de l’innovation de l'Université Grenoble Alpes.

Tout le monde peut le constater : le dérèglement climatique est déjà là. Les hivers sont de plus en plus doux, les étés de plus en plus chauds, les automnes et les printemps de plus en plus secs… Face à ces bouleversements, actuels et surtout à venir, la Métropole souhaite amplifier la mobilisation, la sienne, comme celle de toutes et tous. Voilà pourquoi elle a décidé de lancer une Convention citoyenne pour le climat.

Composée de 150 habitantes et habitants du territoire représentatifs de la diversité de la population métropolitaine (sexe, âges, communes, catégories socio professionnelles...), la Convention se réunira au moins une fois par mois, entre mars et octobre 2022 pour répondre à deux questions : comment réduire les émissions de gaz à effet de serre sur le territoire, et comment atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 ?

Pour répondre à ces deux questions, les membres de la Convention seront amené à étudier de nombreux thèmes de la vie quotidienne : le pouvoir d’achat, la justice sociale, l’alimentation, les transports, la santé... à la Maison de la création et de l’innovation de l’Université Grenoble Alpes ils étudieront et pourront auditionner des scientifiques, des architectes, des membres d’ONG, des acteurs économiques…

Des travaux indépendants

Les travaux de la Convention seront conduits par un Comité opérationnel composé de plusieurs personnalités issues du milieu universitaire. L'indépendance des travaux de la Convention sera garantie par la Commission nationale du débat public (CNDP) qui garantit le droit à l’information et à la participation aux projets ayant un impact sur l’environnement. La CNDP a nommé un conseiller méthodologique, le chercheur Jean-Michel Fourniau, et un collège de garants composé de Marie-Sylvie Dhenin, membre de la Convention citoyenne nationale pour le climat et habitante de l’Isère, Marie-Christine Simiand, ancienne présidente du C2D, et Loïc Blondiaux, professeur de sciences politiques.

Les propositions de la Convention citoyenne seront rendues publiques lors du Forum de la Convention citoyenne métropolitaine pour le climat prévu en décembre 2022. Celles qui entreront dans le champ de compétences de la Métropole seront soumises au vote du conseil métropolitain. Celles qui susciteront un débat au sein du Conseil pourront faire l’objet d’une votation citoyenne sur le territoire de la Métropole en 2023.