La Métropole et l’État s’engagent dans l’accueil et l’intégration des réfugiés afghans

Publiée le 14 octobre 2021

La Métropole et l’État s'engagent à accompagner l'accueil et l'intégration des réfugiés afghans arrivés récemment sur le territoire.

des gens autour d'une table
Photo d'illustration

Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole, et Laurent Prévost, préfet de l’Isère, ont signé un avenant au Contrat territorial d'accueil et d'intégration des réfugiés. Cet avenant intéresse les réfugiés afghans. En août dernier, une soixantaine d’entre eux ont été accueillis, par exemple, à Montbonnot-Saint-Martin et Pont-de-Claix. Le CTAIR vise à accompagner l’accueil et l’intégration des réfugiés, en partenariat avec des associations comme l’Oiseau Bleu, la Ligue de l’enseignement ou encore Uni-Cités : l’accès aux soins, aux droits, à une formation professionnelle, un emploi, un logement, etc.

Depuis 2020, 215 réfugiés ont bénéficié de ces actions : une centaine ont reçu un accompagnement social (notamment pour accéder à un logement), 20 ont bénéficié d’actions de professionnalisation, 35 d’accompagnement de santé et 60 d’actions d’insertion socio-culturelles. Parmi eux, Mahmoud, arrivé du Soudan en 2019, accompagné par la Mission Locale de Grenoble et qui travaille aujourd’hui dans une grande surface à Meylan. Autre exemple, celui d’Angèle, arrivée du Cameroun en 2017, guidée par l’Oiseau Bleu, passée par le dispositif « 100 chances, 100 emplois » et qui suit aujourd’hui une licence professionnelle en ressources humaines à l’Université Grenoble Alpes.

Une Métropole « hospitalière »

Dans le cadre du CTAIR, la Métropole a mis en place le programme Rising, financé par la Banque des territoires et le ministère du Travail. Rising propose des actions dans le cadre d’un parcours de longue durée : accompagnement socio-professionnel renforcé, formations en français langue étrangère (FLE), initiation au numérique, apprentissage du code de la route, reprise d’études, etc. En 18 mois de fonctionnement, près de 450 personnes issues de 24 pays ont suivi ce programme : 45 d’entre elles ont déjà trouvé un emploi stable, 160 sont en CDD ou travaillent en intérim, 140 suivent une formation professionnelle et une trentaine d’autres des études.

« On dit souvent que notre Métropole est attractive mais elle est aussi hospitalière, a rappelé Christophe Ferrari. Elle s’est construite ainsi depuis des décennies (…), et c’est son devoir aujourd’hui de vous aider à construire votre parcours et de vous assurer la protection nécessaire à votre vie quotidienne ». Laurent Prévost a ajouté : « L’accueil et l’intégration des réfugiés est un enjeu important pour la France (…). Tous les dispositifs mis en place par l’État et les collectivités locales, comme Grenoble Alpes Métropole, permettent à des hommes et des femmes comme vous de dérouler leur parcours en France. »

Christophe Ferrai, président de Grenoble Alpes Métropole, et Laurent Prévost, préfet de l'Isère.
Christophe Ferrai, président de Grenoble Alpes Métropole, et Laurent Prévost, préfet de l'Isère. : Grenoble Alpes Métropole
Christophe Ferrai, président de Grenoble Alpes Métropole, et Laurent Prévost, préfet de l'Isère.