Qualité de l’air : des micro-capteurs installés dans trente communes métropolitaines

Publiée le 13 octobre 2021

Trente micro-capteurs de particules fines viennent d’être installés dans les communes du territoire par la Métropole grenobloise et Atmo Auvergne-Rhône-Alpes. Ceux-ci vont permettre de mesurer localement la qualité de l’air et de sensibiliser les habitants à la question de la pollution atmosphérique au plus près de chez eux.

Le capteur de particules fines
Pendant un an, les 30 micro-capteurs vont enregistrer les particules fines (PM10, PM2 et PM1) qui seraient responsables du décès prématuré de plus de 145 habitants dans l'agglomération grenobloise selon une étude récente de l'Inserm.

À l’instar de la petite commune de Noyarey qui a fait le choix d’installer son micro-capteur sur l’école communale, les vingt-neuf autres appareils ont été implantés en lien avec les communes volontaires sur des façades d’écoles, de mairies, dans des parcs…

Pendant un an, ces micro-capteurs vont enregistrer les taux de particules fines (PM10, PM2,5 et PM1) et venir compléter les mesures déjà effectuées via la dizaine de stations fixes présentes dans l’agglomération et celles réalisées de façon bénévole par des habitants via des capteurs mobiles mis à leur disposition dans le cadre de dispositif expérimental de la captothèque (voir encadré).

Des données accessibles à tous via la captothèque

L’ensemble des données recueillies par ces capteurs sont consultables en temps réel sur la plateforme captotheque.fr. Sur simple inscription au site, chaque citoyen peut ainsi avoir accès aux mesures de la qualité de l’air effectuées sur tout le territoire.

En effet, il est toujours bon de rappeler que la pollution ne s’arrête pas aux frontières des grandes villes. Les communes rurales sont également touchées, d’autant que le chauffage au bois non performant est la principale source de pollution aux particules fines en hiver et qu’il est davantage présent dans les territoires ruraux. Pour rappel, 90 % de l’énergie produite par une cheminée à foyer ouvert part dans l'atmosphère, seul 10% de cette énergie servant à se chauffer.

« On espère que la présence des micro-capteurs dans l’environnement proche des citoyens va les interpeller sur la question de la qualité de l’air qu’ils respirent et plus largement, sur la manière dont ils peuvent agir au quotidien pour réduire leur pollution, notamment dans leurs déplacements ou leur mode de chauffage » indique Didier Chapuis, Directeur territorial d'ATMO Auvergne-Rhône-Alpes.

De son côté Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole se félicite de l’installation de ces capteurs qui, précise-t-il, « ne sont pas des gadgets mais bien des outils d’aide à la prise de conscience collective sur un sujet majeur ». « Il faut absolument réduire l’exposition des populations aux particules fines et la Métropole mets en place de nombreuses actions en ce sens comme la prime Air Bois ou le développement des pistes cyclables entre autres".

Ces données de mesures locales et indicatives seront analysées par les ingénieurs d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes afin de compléter les l'observation de la qualité de l'air.

Présentation du dispositif en présence de (de g. à dr.) : Nelly Janin-Quercia, Maire de Noyarey, Christophe Ferrari, Président de la Métropole grenobloise, Didier Chapuis, Directeur territorial d’ATMO Auvergne-Rhône-Alpes, Julie Cozic, chef de projet innovation à ATMO Auvergne-Rhône-Alpes et Cécile Cénatiempo, Conseillère métropolitaine à la qualité de l’air.


Les 30 communes participantes : Brié-et-Angonnes, Champ-sur-Drac, Champagnier, Claix, Eybens, Fontaine, Gières, Grenoble, Herbeys, la Tronche, le Pont-de-Claix, le Sappey-en-Chartreuse, Meylan, Miribel-Lanchâtre, Noyarey, Proveysieux, Quaix-en-Chartreuse, Saint-Barthélémy-de-Séchilienne, Saint-Égrève, Saint-Georges-de-Commiers, Saint-Martin-d'Hères, Saint-Pierre-de-Mésage, Sarcenas, Sassenage, Seyssinet-Pariset, Varces-Allières-et-Risset, Vaulnaveys-le-Bas, Vaulnaveys-le-Haut, Venon, Veurey-Voroize et Vizille.

Des prêts de capteurs mobiles également disponibles pour les métropolitains

Proposée par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, la Captothèque permet à chacun d’emprunter gratuitement un micro-capteur de mesure de particules fines, de l’utiliser librement et d'échanger ses découvertes avec la communauté et des experts de la qualité de l’air.

Après une première saison 2020/2021 réussie, Air Atmo rouvre ses inscriptions aux citoyens de Grenoble Alpes Métropole dès le 18 octobre 2021.

captoheque.fr