Un collectif veut « redonner vie » à la Villa Clément

Publiée le 5 mai 2021

Murs, toitures, boiseries… Tout est à refaire dans la Villa Clément. Un collectif d’associations propose de lui « redonner vie » et d’en faire un lieu d’accueil et de partage.

C’est une bourgeoise du 18e siècle, une pièce maîtresse du patrimoine grenoblois. Belle et endormie. Entourée d’un parc de 1500 m2, la Villa Clément, sise au pied de la Chartreuse, est un bâtiment de quatre étages qui accueille le visiteur par une magnifique véranda en bois. La maison a appartenu à une grande famille de gantiers, les Terray. Entre ses murs serait née notamment Isabelle Collin-Dufresne, alias Ultra Violet, artiste new-yorkaise, muse de Salvador Dali puis égérie d’Andy Warhol. Rachetée par la Ville de Grenoble en 1958, la villa est devenue un foyer pour handicapés puis un centre pour les jeunes, avant de tomber peu à peu dans l’oubli.

Aujourd’hui, la vieille demeure est usée, fatiguée : les murs, la toiture, les boiseries, l’escalier monumental, les vitraux et les beaux pavés de l’entrée sont à bout de souffle. Mais depuis quelques mois, un collectif d’associations travaille à lui « redonner vie ». Associé au bailleur social Grenoble Habitat, aidé par l’État et les collectivités locales (dont la Métropole), il porte un projet de rénovation et d’innovation sociale visant à « vivre ensemble autrement ». L’objectif est de proposer à des personnes en situation de précarité ou d’isolement social de multiples activités portés par autant d’acteurs associatifs. Le projet a été retenu par la Ville de Grenoble dans le cadre de la démarche Gren’ de projets.

Financement participatif

Concrètement, la Villa Clément accueille déjà au rez-de-chaussée un chantier d’insertion spécialisé dans la ferronnerie. Après la rénovation, il est prévu que s’installe un atelier de réparation et de vente de vélos, et peut-être un Repair Café. Au premier étage, le Collectif Villa Clément souhaite ouvrir de nouveaux espaces de rencontre et de « partage », ainsi qu’un petit appartement pour accueillir des parents isolés. Au deuxième et troisième étage, neuf logements en pension de famille vont être créés pour des personnes en difficulté sociale ou économique. Enfin, le parc accueillera un « chenil solidaire » pour les animaux des sans-abris, un jardin partagé et des ruches.

Les travaux de rénovation devraient démarrer à la fin de l’année. Pour une durée d’au moins un an et un coût d’un million d’euros, financé par Grenoble Habitat. Le collectif pourra occuper les lieux en échange d’un loyer. Pour participer à ce retour « à la vie » de la Villa Clément, il vient de lancer une campagne de financement participatif. Ouverte jusqu’au 26 mai.

Grenoble Alpes Métropole / Lucas Frangella