Circuit court : bientôt une nouvelle champignonnière et une ferme urbaine dans la métropole

Publiée le 27 avril 2021

Deux projets du territoire métropolitain font partie des lauréats de l’appel à projets national « Les Quartiers Fertiles », qui vise à développer l’agriculture urbaine dans les quartiers prioritaires.

Des champignons et des légumes en circuit court
Des champignons et des légumes en circuit court : Photo de gauche : Hamid Sailani et Maxime Boniface, co-gérants de Champiloop © Nasim Golestani

« Les Quartiers Fertiles », c’est un appel à projet porté par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) doté d’un budget global de 34 millions d’euros, dont 13 millions d’euros dans le cadre du plan France Relance. Il vise à financer le développement d’une agriculture au bénéfice de la population des quartiers prioritaires de la politique de la Ville. 48 nouveaux lauréats de la deuxième tranche de l’appel à projets ont été annoncés à la mi-avril et bénéficieront de plus de 15 M€ d’aides globales. Zoom sur les deux projets implantés dans la métropole grenobloise.

Une ferme urbaine coopérative au cœur de GRANDALPE

Porté par le Collectif autonomie alimentaire de l’Isère, la future ferme en maraîchage s’étalera sur environ un hectare dans le secteur sud de Grand Place, à l’interface de trois communes (Grenoble, Echirolles et Eybens). La ferme sera gérée par deux agriculteurs auxquels viendront prêter main forte - à raison d’environ huit jours dans l'année - une soixantaine de familles bénévoles du quartier (et jusqu’à 100 à terme ). En contrepartie, ces familles bénéficieront de panier de légumes à prix réduits. Ce projet à forte dimension pédagogique, s’appuiera également sur le recrutement d’un animateur afin de sensibiliser les habitants aux questions alimentaires et environnementales et de développer d’autres services tels qu’une petite restauration ouverte aux habitants. Les premières plantations sont prévues à l’automne 2021 pour une récolte en 2022.

Champiloop : des champignons bio et locaux à Saint-Martin d’Hères

Aujourd’hui, l’entreprise Champiloop produit et commercialise des pleurotes et shiitakes – champignons d’origine asiatique - dans les caves de la Frise à Eybens. Contactés par la ville de Saint-Martin d’Hères pour développer un nouveau projet sur la commune, Hamid Sailani et Maxime Boniface, les deux jeunes associés de Champiloop ont vu l’opportunité de développer leur activité : « On nous a proposé de réhabiliter un parking souterrain de 1000 m2 en champignonnière dans le quartier Renaudie à Saint-Martin d’Hères. En plus d’augmenter notre surface de production, l’objectif est de produire notre propre substrat (blocs sur lesquels se développent les champignons) en recyclant des biodéchets locaux : paille, sciure de bois non traitée, drêches de bière », précise Maxime Boniface. Avec une idée chevillée au corps : « que le consommateur sache ce qu’il y a dans son assiette ». Pour l’heure, l’entreprise produit 300 à 400 kg de champignons chaque semaine qu’elle revend en circuit-court via des épiceries locales, des coopératives ou encore à des restaurateurs et en vente directe auprès des particuliers. L’aide de l’ANRU, qui s’élève à plus de 200 000 euros, servira notamment à aménager le nouveau lieu. Le lancement du chantier est prévu pour la rentrée de septembre/octobre avec une mise en service envisagée en mars 2022.

En attendant, les amateurs de champignons frais peuvent s’approvisionner en vente directe dans les caves de la Frise à Eybens tous les vendredis de 16h à 18h30 (29 rue des Arraults).
www.champiloop.com