La fourrière et le refuge animal entièrement rénovés

Publiée le 6 avril 2021

Après deux ans de travaux, la fourrière et le refuge animal de la Métropole offrent de meilleures conditions de travail pour le personnel et les bénévoles, et un meilleur accueil des animaux.

un bénévole et un chien devant les locaux de l'APAGI
un bénévole et un chien devant les locaux de l'APAGI : Grenoble Alpes Métropole/Lucas Frangella

Voici Nils, 3 ans, « très dynamique, très joueur et affectueux ». À ses côtés, Lascar, 4 ans, « tonique avec pas mal de caractère » et Idra, 6 ans, qui a besoin « d’une présence, d’affection et un peu d’éducation ». Un peu plus loin, c’est Azerty, 4 ans, qui est « un peu craintive » mais « propre et calme » suivi de Plancton, 9 mois, qui peut se montrer « assez têtu » avec même une certaine « tendance à râler ». Ces chiennes et ces chiens sont les hôtes temporaires, et bien involontaires, de la fourrière animale et du refuge de l’APAGI, l’association pour la protection des animaux de Grenoble et de l’Isère, situés tous les deux sur la commune du Versoud.

Ils se sont perdus ou ont été abandonnés. Ou leur maître est décédé. Ils ont été d’abord récupérés par la fourrière animale gérée par la société Sacpa Chenil Service puis pris en charge par l’APAGI. En 2020, l’association s’est occupée d’une cinquantaine de chats et d’une centaine de chiens. Pour les accueillir, les soigner et les nourrir dans de bonnes conditions, les locaux de la fourrière et du refuge viennent d’être entièrement rénovés par la Métropole, propriétaire des bâtiments et responsable de la compétence « protection contre la divagation animale ».

Les bénévoles, rouage essentiel

Nouvelles toitures et nouvelles menuiseries en bois massif des Alpes. Remplacement de l’ancienne chaudière au fioul par une chaufferie à granulés. Taille des box agrandie. Travaux de mise aux normes de sécurité et d’isolation thermique, et bientôt des panneaux photovoltaïques sur les toits pour produire de l’électricité. Reconstruction du bâtiment qui cumule les fonctions d’accueil du public, d’infirmerie et de lieu de quarantaine. Le chantier a duré près de deux ans. Budget : 1,97 millions d’euros financés par la Métropole, l’État, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

Le refuge animal compte six salariés et l’APAGI cinq. Mais ce sont les dizaines de bénévoles qui constituent le rouage essentiel de l’association. « Votre engagement quotidien nécessite la reconnaissance collective, a souligné Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole. Ce service public n’existerait pas sans ses bénévoles (…). Désormais, vous avez les locaux que vous méritez ».

Grenoble Alpes Métropole/Lucas Frangella