Déchèteries : la Métropole expérimente les “Préaux des matériaux”

Publiée le 1 octobre 2020

Que diriez-vous, lorsque vous venez en déchèterie vous débarrasser de vos encombrants, de repartir gratuitement avec des objets en bon état - voire neufs ! - ? C’est tout le principe des “Préaux des matériaux” qu’est en train d’expérimenter la Métropole dans trois communes de son territoire.

Que diriez-vous, lorsque vous venez en déchetterie vous débarrasser de vos encombrants, de repartir gratuitement avec des objets en bon état - voire neufs ! - ? C’est tout le principe des “Préaux des matériaux” qu’est en train d’expérimenter la Métropole

En test depuis janvier 2019 à la déchèterie de Champ-sur-Drac et depuis août dernier à celles de Saint-Martin-d’Hères et de Vif, le principe est simple : au lieu de vous débarrasser de vos objets en bon état en les jetant à la benne, déposez-les en déchèterie dans le préau prévu à cet effet afin qu’une personne les récupère si elle en a besoin. Dans le même temps, libre à vous de jeter un petit coup d’œil aux objets déposés avant votre passage par des tierces personnes, afin de voir si quelque chose vous intéresse !

Outillage, visserie, quincaillerie, robinetterie, parquet, etc.

Outillage, visserie, quincaillerie, robinetterie, parquet, carrelage, planches de bois… « Nous récupérons tout ce qui est en bon état et qui peut resservir », explique Abdelhajid Bellal, responsable du préau des matériaux de la déchèterie de Vif. Une table à démembrer et des outils sont également à disposition pour permettre aux personnes intéressées de récupérer uniquement ce qu’ils souhaitent.

Moins jeter et favoriser le réemploi

L’objectif est bien sûr de moins jeter en favorisant le réemploi : tous les objets qui entrent dans le préau et qui en sortent sont systématiquement pesés afin de valoriser et de quantifier l’intérêt de la démarche : depuis la mi-août, près d’une tonne d’objets par mois et par déchèterie ont ainsi été déposée à Vif et Saint-Martin-d’Hères et environ 800 kilos en sont sortis de chacune. « Un bon début », se félicite Rachel Desouza, en charge du projet, « même s’il faut encore communiquer pour faire connaître l’opération ».

"Ça permet de dépanner les gens"

Pour Giselle Fouchard, habitante de Saint-Georges-de-Commiers, « ça permet de dépanner les gens et c’est toujours bien pour lutter contre le gaspillage. Il faut seulement prendre garde à ce que le préau ne se transforme pas en foutoir », tempère néanmoins la Saint-Georgeoise.

Après avoir fait un petit tour dans le préau, Didier Mille, également Saint-Georgeois, venu se débarrasser d’un grillage, est reparti de la déchèterie de Vif avec une clef, des douilles et un démonte bougie : « C’est pratique, on s’arrête, on jette un coup d’œil et on prend ce qui nous intéresse… En retour, j’ai plein d’objets de plomberie en bon état à la maison dont je n’ai pas l’utilité et que je vais donc amener ici. C’est un service qu’il faudrait généraliser à toute l’agglo ! »

Le dispositif étendu à d'autres déchèteries ?

L’expérimentation devrait se terminer à la fin de l’année et un bilan sera ensuite réalisé par les étudiants de GEM : de quoi mesurer la satisfaction des usagers et les améliorations éventuelles à apporter, avant d’étendre le dispositif à davantage de déchèteries si ce bilan s’avère positif. Auquel cas, les préaux, aujourd’hui réalisés à partir de conteneurs maritimes, seront construits en dur, et les Repairs café de l’agglomération seront invités à y proposer des ateliers de sensibilisation au réemploi.