À Claix, un nouvel éclairage contre la pollution lumineuse

Publiée le 14 octobre 2020

La ville de Claix, GreenAlp et la Métropole expérimentent de nouveaux éclairages nocturnes avec des températures de couleurs différentes en fonction des usages de la voirie.

un nouvel éclairage à Claix
un nouvel éclairage à Claix : Bruno Lavit

Greenalp, filiale de GEG, la ville de Claix et la Métropole ont inauguré un nouvel éclairage public qui se veut durable et respectueux de l’environnement. Dans trois zones du centre-ville, trois solutions d’éclairage différentes ont été installés en fonction de leurs usages : voie de circulation, voie piétonne et parc public. « Plus la zone de passage est importante, plus la couleur de la lumière va être blanche, indique GreenAlp. Plus le passage se réduit, plus la couleur se réchauffe vers le rouge ».

Concrètement, la rue de la République bénéficie désormais d’un éclairage blanc, tandis que l’allée du 18 juin 1940 se voit dotée d’une lumière jaune et que le parc Charles-de-Gaulle est équipé d’une lumière ambrée*. Ces températures de couleurs sont possibles grâce à la technologie « Signify » mise au point par Philips basée sur un éclairage à LED. Les variations se font grâce à des filtres qui permettent d’atténuer les effets négatifs de la lumière, en supprimant la lumière bleue.

Bruno Lavit

Diminuer l'intensité lumineuse

En plus de réduire la consommation d’énergie de 70%, ce nouvel éclairage doit permettre de lutter contre la pollution lumineuse. Chez les humains, cet excès de lumière artificielle peut altérer les rythmes biologiques, en troublant le sommeil. Chez les animaux, elle peut affecter aussi leurs rythmes biologiques, leurs activités nocturnes ou leurs migrations. Ainsi, certaines couleurs, comme l’ambrée, préservent la faune (oiseaux, insectes, chauves-souris…) vivant dans des parcs ou en périphérie des villes et villages.

Cette expérimentation menée à Claix s’inscrit dans les préconisations du Schéma directeur d’aménagement lumière (SDAL) de la Métropole. Adopté en février 2020 par le conseil métropolitain, le SDAL s’est fixé pour objectif de réduire la pollution lumineuse sur le territoire en doublant le parc lumineux éteint la nuit, soit 25% d’ici 2035, mais aussi plus généralement, de diminuer l’intensité lumineuse pendant la nuit.

Le SDAL vise également à diminuer la consommation d’énergie liée à l’éclairage public de 60% d’ici 2035. Un objectif « ambitieux et réaliste à l’heure où la facture énergétique liée à l’éclairage public est évaluée à 4,4 millions d’euros à l’échelle des 49 communes, auxquels s’ajoutent près de 2 millions d’euros chaque année de coûts d’entretien », précise Éric Rossetti, vice-président de la Métropole.

Bruno Lavit

 


*Certains quartiers de Claix se retrouvent même dans le noir : à Cossey, Malhivert, Savoyères, Jayères, La Côte, Bouveyre et le parvis des Souces, l’éclairage est coupé de 23 heures à 5 heures.