Journée mondiale de l'eau : buvez l'eau du robinet

Publié le

À l'occasion de la journée mondiale de l'eau organisée mercredi 22 mars, la Métropole grenobloise propose diverses animations et met à l'honneur la qualité de l'eau du robinet dans notre territoire.

L'essentiel à retenir

  • 85 % de l'eau de notre territoire est filtrée naturellement et ne subit pas de traitement
  • L'eau en bouteille coûte entre 40 et 300 fois plus cher que l’eau du robinet
  • 5800 contrôles sont réalisés en moyenne chaque année pour garantir la qualité de l'eau

En Europe, les océans, les mers et les rivières sont principalement pollués par des bouteilles en plastique1. Sur notre territoire, plus de 11 millions de bouteilles2 d’eau sont jetées chaque année. Pour lutter contre cette pollution plastique, une des solutions consiste à boire l’eau du robinet qui est localement d’excellente qualité. Si 90% des habitants3 le font déjà, un certain nombre de ménages préfèrent encore consommer l’eau en bouteille. Voici les bonnes raisons de changer cette habitude.

L’eau du robinet, bonne pour la santé

L'eau du robinet est une eau sûre. C’est l’aliment le plus contrôlé en France. Des analyses sont régulièrement réalisées par l'Agence Régionale de Santé et complétées avec des analyses demandées par la Métropole pour renforcer ce suivi. Dans notre territoire, l'eau bénéficie de 5800 contrôles en moyenne par an. Il est possible d’accéder aux analyses de son eau et d’en connaître l’origine sur notre site internet.

Une eau naturellement filtrée

Pour 85% de la population, l'eau provient des nappes phréatiques du Drac et de la Romanche - aux propriétés filtrantes exceptionnelles - et n’a pas besoin d’être traitée. Le traitement est utile pour seulement 15% des usagers, dont l’eau provient des montagnes au-dessus de chez eux. En termes de santé, l'eau du robinet contient les sels minéraux nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme et en juste quantité. Elle convient aussi aux bébés selon la maternité du CHU de Grenoble Alpes.

Et l’eau en bouteille ?

Dans la plupart des bouteilles4, l’eau contient des microplastiques. Le plastique de la bouteille se fragmente en microplastiques, puis en débris encore plus petits, les nanoplastiques. La taille minuscule des particules leur permet de s’infiltrer partout. L’eau contient aussi des additifs toxiques tels que des plastifiants (phtalates, bisphénol) et des colorants.

L’eau du robinet, bonne pour le porte-monnaie

Une eau en bouteille coûte entre 40 et 300 fois plus cher que l’eau du robinet selon la marque choisie. Si on prend le cas d’une marque réputée bon marché5, à raison d'1,5 litre par jour par personne, une l’eau en bouteille coûte autour de 71 euros par an par personne contre 1,83 euros pour l’eau du robinet (soit 0,0036 euros par litre).

L’eau du robinet, bonne pour la planète

L’eau du robinet provient de nos montagnes. Elle arrive dans les maisons par des canalisations sous pression. Tandis que pour produire une seule bouteille en plastique d’1 L il faut 100 mL de pétrole, 80 g de charbon, 42L de gaz et 2L… d’eau. Puis, il faut transporter ces bouteilles de l’usine vers le supermarché. Entre le processus de fabrication et le transport, l’empreinte carbone de ce marché contribue au réchauffement climatique.

Si le recyclage permet de limiter la pollution des milieux naturels - à condition que les bouteilles soient triées - il ne résout pas tout. La matière recyclée ne représente que 30% de la composition d’une nouvelle bouteille, le reste est donc du plastique non recyclé.


1 D’après un rapport commandé en 2019 par les ONG Earthwatch Europe et Plastic Oceans UK
2 Bouteilles de 1,5 litres
3 Selon une étude de satisfaction datant de 2021
4 selon une étude publiée par l’association Agir pour l’environnement en 2022
5 Exemple de la marque Cristaline : selon Franceinfo, c’est la marque la moins chère et la plus vendue
6 d’après un rapport commandé en 2019 par les ONG Earthwatch Europe et Plastic Oceans UK

Animations et visites organisées à l’occasion de la journée mondiale de l’eau

  • Conférence « L’eau en partage »
    Mercredi 22 mars à 18h30 - Librairie Arthaud, 23 Grande Rue à Grenoble
    Entré libre. Capacité : 70 places.
    Conférence sur les impacts du réchauffement climatique sur la ressource en eau à l’échelle de notre territoire avec l’intervention d’experts. L’adaptation au réchauffement climatique sera abordée à travers trois enjeux : les ressources en eau, les risques d’inondation et la nécessité de rendre les villes plus perméables (gestion des pluies).
    www.librairie-arthaud.fr
  • Visites de la station d’épuration des eaux usées Aquapole
    Mardi 21 mars / 12h-13h30 : 20 places, public adulte
    Mercredi 22 mars / 14h30-15h30 : 20 places, familles (+ 8 ans)
    Vendredi 24 mars / 12h-13h30 : 20 places , public adulte

    Je m'inscris à une visite

 

Cela pourrait vous interesser

Vigilance sécheresse : adoptez les bons gestes

L’agglomération grenobloise, comme l’ensemble du Sud-Isère, est...

Actualité

Agent de la qualité de l’eau : un "métier d’avenir"

La Métropole et l’IMT ont mis en place une nouvelle formation,...

Actualité

Des vannes intelligentes pour éviter le déversement d'eaux usées dans l'Isère

La Métropole expérimente une solution innovante pour éviter le...

Actualité