Expérimentation : un jardin bioclimatique pour Grandalpe

Publiée le 10 mai 2022

Le projet de jardin bioclimatique éphémère mené sur le parvis d’Alpes Congrès à Grenoble va permettre d’apporter de la fraîcheur à cet espace et de tester des aménagements temporaires.

Vue sur le jardin bioclimatique

Des arbres en pots (131 exactement), des assises pour se détendre, une grand-voile suspendue - appelée vélum - offrant une ombre rare et précieuse… Le parvis situé entre le bâtiment d’Alpes Congrès et la patinoire Polesud, en face de GrandPlace, est métamorphosé. Cette transformation temporaire est le fruit d’une expérimentation qui va s'étendre sur 18 mois dans le cadre du projet Grandalpe.

« Il s’agit de réinventer la ville et ses espaces publics en testant des aménagements temporaires qui visent à ramener de la nature, de la fraîcheur, de l’art et de la vie », explique Ludovic Bustos, vice-président de la Métropole en charge de l’urbanisme et du PLUI. Le tout, dans un contexte d’augmentation des températures et d’urgence climatique.

Le parvis est en effet amené à être transformé de manière pérenne mais la date de ce réaménagement étant encore inconnue, l’expérimentation va permettre d’utiliser ce temps à bon escient. En végétalisant les lieux afin de lutter contre les îlots de chaleur, en amenant un confort d’usage pour les passants et en testant les effets d’aménagements temporaires qui vont alimenter le futur projet (pour les plus intéressés, on parle « d’urbanisme tactique »).

Une expérimentation sous surveillance

« En arrivant sur les lieux, on a trouvé un espace très minéral et très exposé au soleil où les gens ne faisaient que passer », témoigne Mathieu Lucas, paysagiste travaillant sur le projet. « Avec la mise en place de ces aménagements, on va maintenant observer comment les gens vont s’approprier l’espace et quels effets les végétaux vont avoir sur la température ressentie ».

Afin d’objectiver cet impact et d’en tirer les enseignements nécessaires, plusieurs capteurs vont mesurer la température, l’humidité et le taux de polluants en différents points de la place tout au long de l’expérimentation. Onze types d’espèces ayant été plantées, « on va aussi pouvoir constater lesquelles sont le plus adaptées à l’espace urbain et résistent le mieux », précise encore le paysagiste.

Des matériaux locaux et réutilisables

À la suite de cette expérimentation, l’ensemble des arbres – qui proviennent d’une pépinière située à moins de 2h de Grenoble - seront replantés. Le mobilier d’assise comme la grand-voile d’ombrage seront également réutilisés.

De g. à dr. : Ludovic Bustos, vice-président de la Métropole en charge de la stratégie foncière, de l'urbanisme et du PLUI, Chloé Pantel, adjointe au maire de Grenoble et Renzo Sulli, vice-président de la Métropole en charge des grands projets d'aménagements et du renouvellement urbain lors de l'inauguration du jardin bioclimatique ce mardi 10 mai 2022.

Le jardin bioclimatique en chiffres

131 arbres
13 espèces différentes
14 espèces vivaces et graminées
1 000 m2 d’ombre créés par le vélum
8 capteurs : 2 pour la météo, 2 pour la qualité de l’air et 3 capteurs tensiométriques
9 bancs en tranches de pierre de Villebois
20 m2 d’assise en bois de frêne local