Bientôt une nouvelle station de recharge au GNV à Grenoble

Publiée le 9 mai 2022

En septembre 2022, une station de recharge au BioGNV sera ouverte au Marché d’Intérêt National (MIN) à Grenoble. Accessible aux professionnels du MIN comme au grand public, elle permettra l’avitaillement de tout type de véhicules.

Vue de la future station au bioGNV
Vue de la future station au bioGNV : © DR
Image de synthèse de la future station.

La future station sera composée de trois bornes de recharge en GNV mais aussi de deux bornes de recharge électrique rapide de 50 kW. Elle disposera d’un accès réservé aux utilisateurs du MIN et d’un accès public à partir de la rue des Alliés. Il suffira d’environ trois minutes pour faire le plein de son véhicule.

De quoi répondre à l’augmentation des besoins en matière d’alimentation en gaz naturel et d'encourager les utilisateurs du MIN à convertir leur flotte automobile avec des véhicules moins polluants (des aides sont par ailleurs accordées aux professionnels par la Métropole en ce sens).

« Il est nécessaire d’accélérer les transitions et de développer les énergies propres afin de proposer une alternative au diesel et à l’essence », explique Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole. « Cette future station va permettre d’accompagner la mise en place de la Zone à Faibles Émissions et de montrer aux citoyens qu’il existe des solutions pour améliorer la qualité de l’air ». Parmi ces solutions, l’électricité, l’hydrogène et le BioGNV. Celui-ci "a toute sa place dans le mix énergétique".

À la suite d’un appel à manifestation d’intérêt, c’est l’opérateur ENGIE qui a été choisi par la Métropole pour construire et gérer cette nouvelle station pour une durée de 15 ans. Celle-ci sera approvisionnée avec du BioGNC issu de méthaniseurs localisés en Isère.

Le BioGNV, une énergie 100% renouvelable

Le GNV (Gaz Naturel Véhicule) est du gaz utilisé comme carburant pour les véhicules. Le BioGNV est sa version renouvelable, produite à partir de la fermentation des déchets organiques d’origine agricole, ménagère… Dans la Métropole, il est notamment produit localement grâce à la méthanisation des boues de la station d’épuration Aquapole et, à l’horizon 2024, grâce à la méthanisation des déchets alimentaires du centre de compostage de Murianette.

Les véhicules au BioGNV génèrent en moyenne 80 % d'émissions de CO2 en moins par rapport aux véhicules diesel. Ils émettent très peu de particules fines et permettent également de réduire de 40 à 64% les émissions d’oxydes d’azote et de 50% la pollution sonore.

D’autres projets à venir

La création de cette nouvelle station s’inscrit dans une stratégie globale de développement des infrastructures (Bio)GNV engagée par la Métropole grenobloise. D’autres projets sont ainsi en cours à Meylan, Eybens, au Pont-de-Claix…

La première pierre de la future station a été posée vendredi 6 mai 2022 en présence des élus et partenaires du projet.

 

Une tribune collective pour un soutien européen au BioGNV

À l’initiative de NGVA Europe, GRDF et Grenoble Alpes Métropole, un appel a été lancé en direction de l’Europe afin que celle-ci s’engage en faveur du BioGNV.

Plus d’une centaine d’acteurs politiques, économiques et associatifs ont signé cette tribune qui appelle les commissaires européens à « lever les barrières européennes au BioGNV, c'est-à-dire à une alternative rapide, économique et écologique, au diesel et l'essence ».