Le rétrofit : une solution pour convertir votre utilitaire à l’électrique

Publiée le 5 avril 2022

La Métropole propose 12 000 euros d’aide pour convertir les véhicules utilitaires à l’électrique. Une solution technique proposée par une jeune entreprise locale : Phoenix Mobility.

Le rétrofit, vous connaissez ? C’est une nouvelle solution technique qui permet de convertir son véhicule thermique en une voiture électrique. Autorisé par la loi depuis 2020, elle permet aux automobilistes de donner une seconde vie à leur véhicule thermique de plus de cinq ans tout en participant à la lutte contre la pollution de l’air. Avec 39 millions de véhicules en circulation en France, pour un âge moyen d’un peu plus de 10 ans, le rétrofit représente une activité économique à fort potentiel.

À Fontaine, une jeune entreprise l’a bien compris : créé il y a trois ans par des anciens étudiants de l’INSE3, Phoenix Mobility propose de convertir à l’électrique les véhicules utilitaires des entreprises. Après trois ans de recherche, la jeune équipe d’ingénieurs a mis au point un kit standardisé de rétrofit pour les fourgons et les camions. Pour l’instant, ces kits sont installés dans les ateliers de Phoenix Mobility à Fontaine mais l’objectif de la société est de créer rapidement un réseau de garagistes partenaires pour l’installation et la maintenance.

En quelques heures, l’équipe démonte l’intégralité de la mécanique d’origine (moteur, réservoir, échappement…) pour y substituer un moteur électrique, des batteries et une prise. « Il nous faut deux jours pour transformer complètement un véhicule », assure Antoine Desferet, directeur commercial de la société. L’utilitaire converti dispose d’une autonomie de 150 à 175 km, quelle que soit la charge embarquée. L’ancien moteur thermique peut être récupéré par le propriétaire ou vendu à Phoenix Mobility qui le dépollue et le recycle.

Une conversion moins chère

« Nous n’avons pas inventé le rétrofit, précise Wadie Maaninou, pdg de la société. Mais au lieu de le faire de façon artisanale, comme cela se fait dans certains garages aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, nous proposons un kit standardisé qui nous permet d’industrialiser le rétrofit et de proposer une conversion à l’électrique beaucoup moins chère ». Pour convertir un utilitaire, il faut compter environ 25 000 euros. Mais avec les aides à la conversion de l’État et de la Métropole, le coût peut descendre à 10 000 euros.

Dans le cadre de la zone à faible émissions (ZFE), la Métropole vient en effet de renforcer ses aides à l’achat ou à la conversion d’un véhicule moins polluant. Lorsque l’on passe à une motorisation électrique, l’aide atteint 12 000 euros par véhicule. « Beaucoup de nos concitoyens ont parfois du mal à se séparer de leur véhicule, a souligné Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole, lors d’une visite des ateliers. Avec le rétrofit, on ne se sépare pas de son véhicule, on le transforme, et cela change tout (…). J’invite donc tous les chefs d’entreprises à réfléchir à cette solution qui peut devenir LA solution ».

Grenoble Alpes Métropole / Lucas Frangella