La Métropole lance sa Convention citoyenne pour le climat

Publiée le 6 janvier 2022

C’est inédit : face à l'urgence climatique, Grenoble Alpes Métropole lance une Convention citoyenne pour le climat. 150 personnes, tirées au sort, seront chargées de faire des propositions pour faire face au dérèglement climatique.

Pour associer en profondeur les citoyens à la lutte contre le réchauffement climatique, la Métropole organise une Convention citoyenne métropolitaine pour le climat.
Pour associer en profondeur les citoyens à la lutte contre le réchauffement climatique, la Métropole organise une Convention citoyenne métropolitaine pour le climat. : Grenoble Alpes Métropole / Lucas Frangella
Pour associer en profondeur les citoyens à la lutte contre le réchauffement climatique, la Métropole organise une Convention citoyenne métropolitaine pour le climat.

C'est une urgence et il est temps d'agir, tous ensemble. Pour mobiliser les habitantes et les habitants du territoire face au défi climatique, la Métropole lance une Convention citoyenne pour le climat. Cette Convention réunira 150 métropolitaines et métropolitains chargés de faire des propositions pour répondre à deux questions : comment réduire les émissions de gaz à effet de serre sur le territoire métropolitain et comment tendre vers la neutralité carbone d'ici 2050.

Les 150 citoyens seront tirés au sort entre le 19 janvier et le 11 février pour constituer un groupe le plus représentatif possible de la diversité des 49 communes de la Métropole (lire ci-dessous). Ils se réuniront lors de cinq sessions de travail, entre mars et juillet 2022. Pendant cinq mois, ils pourront auditionner des scientifiques, des responsables d'ONG ou d'associations ou encore des élus. Ils se réuniront à la Maison de la création et de l’innovation de l'Université Grenoble Alpes.

« C’est une Convention pour informer, pour faire émerger des idées, pour renforcer les politiques, précise Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole. C’est une Convention pour ne pas baisser les bras, pour donner de l’espoir. C’est aussi une Convention qui veut s’attacher à démontrer que les acteurs locaux peuvent être porteurs de changements ».

Pour assurer l'indépendance des travaux de la Convention, la Métropole a sollicité l'aide de la Commission nationale du débat public (CNDP). Celle-ci a nommé deux garants et un conseiller méthodologique pour observer le bon déroulement des sessions et s’assurer que les participants travaillent en tout indépendance, sur la base des bons documents.

Une votation citoyenne en 2023

Par ailleurs, la Convention sera accompagnée par un Comité opérationnel composé de 16 personnalités dont de nombreux scientifiques spécialisés en sociologie, climatologie ou encore droit environnemental. Par exemple : Juliette Blanchet, spécialiste du climat dans les Alpes, Xavier Fain, paléoclimatologue, Stéphane La Branche, sociologue du climat, Thierry Lebel, hydro climatologue, ou encore Nicolas Plain, explorateur scientifique.

Les propositions qui émaneront de la Convention seront rendues publiques le 17 septembre. Celles qui entrent dans le champ de compétences de la Métropole seront soumises au conseil métropolitain d’ici fin 2022. Certaines pourront être intégrées dans le Plan Climat Air Énergie métropolitain. Les propositions complexes ou suscitant un débat important au sein du conseil métropolitain feront l’objet d’une votation citoyenne en 2023.

« La démocratie représentative, seule, est inadaptée à répondre aux défis climatiques, observe Pascal Clouaire, vice-président de la Métropole chargé de la participation. Les changements peuvent en effet provoquer de grandes résistances. Notre régime politique doit donc s’adapter. Il faut que les habitants participent à la décision. Cette Convention permettra, j'en suis sûr, l’émergence d’une citoyenneté métropolitaine ».

Les propositions qui entrent dans le champ de compétences de la Métropole seront soumises au Conseil métropolitain, d’ici fin 2022.
Les propositions qui entrent dans le champ de compétences de la Métropole seront soumises au Conseil métropolitain, d’ici fin 2022. : Grenoble Alpes Métropole / Lucas Frangella
Les propositions qui entrent dans le champ de compétences de la Métropole seront soumises au Conseil métropolitain, d’ici fin 2022.

Recrutement : la méthode

Vous serez peut-être appelé pour participer à la Convention citoyenne métropolitaine pour le climat ! La Métropole a confié la réalisation du tirage au sort au cabinet Cohda, avec l’appui de Sciences Po Grenoble (PROGIS). L’opération de recrutement, qui se déroulera du 19 janvier au 11 février, comporte trois étapes :

  • D’abord, la constitution d’un fichier de base, d’environ 50 000 personnes habitant le territoire métropolitain. Ce fichier est composé de noms, d’adresses et de numéros de téléphones, informations pour lesquelles leurs propriétaires ont donné l’autorisation d’accéder.

  • Ensuite, des critères seront établis pour construire un groupe de 150 personnes, le plus représentatif possible de la diversité des habitants du territoire métropolitain en tenant compte du sexe, de l’âge, du lieu d’habitation dans la métropole, de la catégorie socio-professionnelle. Une attention particulière est apportée à la représentation des jeunes et des personnes en précarité.
  • Enfin, l’entreprise Cohda appellera les personnes du fichier de base pour construire, en fonction des critères identifiés, le groupe des 150 personnes (ainsi qu’un groupe de 100 réservistes). Ils expliqueront aux personnes contactées ce qu’est la Convention citoyenne pour le climat. Ils leur proposeront ensuite de s’engager dans le dispositif. Codha appellera jusqu’à 50 000 personnes, soit 1 métropolitain sur 9. La Métropole enverra alors un courrier d’engagement aux personnes ayant donné leur accord. Une fois ces opérations terminées, la Métropole et son prestataire s’engagent à détruire le fichier de base.