Transition énergétique : Une nouvelle chaufferie au bois à Poisat

Publiée le 17 mars 2021

La Ville de Poisat a inauguré un nouveau réseau de chaleur au bois qui permettra de chauffer la mairie, la salle des fêtes et la salle œcuménique. Ce projet, soutenu par la Métropole, permet d’éviter le rejet dans l’atmosphère de plus de 26 tonnes de CO2 par an.

la nouvelle chaufferie au bois de Poisat

Pour atteindre les objectifs du Plan Air Energie Climat, Grenoble-Alpes Métropole prévoit d’augmenter de 60% la production de chaleur renouvelable locale d’ici à 2030. C’est pourquoi la Métropole soutient le réseau de chaleur principal et cofinance depuis des années la construction de réseaux de chaleur au bois dans les communes de son territoire. À Poisat, elle a soutenu la construction d’une nouvelle chaudière aux granulés de bois.

Ce projet est né dans le cadre du projet d’extension de la salle des fêtes de la commune. En 2018, la ville a demandée à l’ALEC (Agence locale de l’énergie et du climat) de réaliser une étude d’opportunité. Celle-ci a démontré l’intérêt de la remplacer par une chaudière au bois. La commune a fait appel ensuite à un bureau d’études isérois, pour réaliser une étude de faisabilité, financée par le Fonds Chaleur et la Ville de Poisat. Le but : dimensionner et finaliser le projet.

Malgré la crise sanitaire, les travaux ont été lancés en 2020. C’est une entreprise basée à Eybens qui s’est chargée de l’installation. Le nouvel équipement est une chaudière aux granulés de bois de 90 kW. Comme l’ancienne chaudière au gaz, elle est raccordée à trois bâtiments communaux. Elle permet de chauffer la mairie, la salle des fêtes et la salle œcuménique de la ville. Mise en service à l’automne 2020, cette nouvelle installation permet d’éviter le rejet dans l’atmosphère de plus de 26 tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent de 12 voitures retirées de la circulation.

 

840 voitures retirées de la circulation

Cette nouvelle chaufferie est le 29e projet soutenu par le Fonds Chaleur sur le territoire métropolitain, dont une grande majorité est déjà sortie de terre : 24 chaufferies au bois (Brié-et-Angonnes, Champagnier, Quaix-en-Chartreuse, Eybens, Gières, Sassenage, Varces…), trois installations de géothermie à Grenoble et deux projets de solaire thermique à Grenoble et Mont-Saint-Martin.

Tous ces projets représentent plus de 7300 MWh, soit la consommation de chaleur annuelle d’environ 500 logements. Ils permettent d’éviter le rejet de 1900 tonnes de CO2 par an dans l’atmosphère, soit l'équivalent de 840 voitures retirées de la circulation. Environ 150 projets, publics et privés, ont par ailleurs été identifiés et sont susceptibles de bénéficier de ce dispositif.

Grenoble Alpes Métropole

Qu'est-ce que le Fonds Chaleur ?

Le Fonds Chaleur est un dispositif national permettant de subventionner les projets d’énergie renouvelable thermique, comme le solaire thermique, le chauffage au bois, les réseaux de chaleur, la géothermie, la récupération de chaleur ou encore la méthanisation. Il est administré par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) qui en a délégué la gestion à la Métropole depuis trois ans dans le but de développer massivement les projets d’énergie renouvelable sur son territoire.