Véhicules utilitaires à faible émission : comment bien choisir ?

Publiée le 9 février 2021

Vous souhaitez changer de véhicule utilitaire pour circuler plus "proprement" ? Quelles sont les bonnes questions à se poser ? Quelles sont les aides disponibles pour les professionnels ? Voici quelques éléments de réponse pour y voir plus clair.

Vous souhaitez changer de véhicule utilitaire pour circuler plus "proprement" ? Quelles sont les bonnes questions à se poser ? Quelles sont les aides disponibles pour les professionnels ? Éléments de réponse.

Quelle que soit votre raison d’investir dans un ou plusieurs véhicules d’entreprise dits "plus propres", une évaluation fine de vos besoins est nécessaire.

Veiller aux caractéristiques techniques

Comme pour tout achat de véhicule utilitaire, les professionnels vont avant tout veiller aux caractéristiques techniques du véhicule (charge, volume, dimensions…). Mais dans le cas d’une camionnette "propre", il est important d’examiner les conditions d’utilisation des différents types d’énergies :

D’abord, l’autonomie : quel type de trajet effectuez-vous ? Utilisez-vous le véhicule au quotidien, ou seulement deux à trois fois par semaine ? Par exemple, une voiture électrique pouvant parcourir 150 km par jour vous permettra-t-elle de travailler sereinement ?

Ensuite, l’approvisionnement : s’il semble très facile de trouver de l’essence ou du diesel, c’est souvent plus complexe pour le gaz ou l’électricité. Avant de choisir, il faut donc se questionner : où se situe la station de gaz la plus proche ? Est-ce possible de vous y rendre régulièrement ? Pour l’électricité, le plus simple est de brancher le véhicule en recharge nocturne. Mais dans beaucoup d’entreprises, le salarié rentre à son domicile avec son utilitaire. Dans ces conditions, est-ce possible de changer la manière de travailler, en faisant "dormir" le véhicule à la borne de recharge de l’entreprise ? Encore une vaste question de mobilité au sens large !

Pour certaines entreprises (maraîcher, artisans…), le vélo-cargo sera une alternative tout à fait envisageable, toujours en fonction de besoins particuliers (distances, charge…). Autre solution : les mobilités en autopartage. En effet, pourquoi ne pas partager une camionnette avec une ou plusieurs autres entreprises ? Cela pose d’autres questions d’organisation… D’où la pertinence, là encore, d’une lecture individualisée.

Des aides à l’achat

Evidemment, le prix est un critère de choix essentiel. Un véhicule électrique, hydrogène, hybride ou gaz est plus cher à l’achat qu’un véhicule essence ou diesel. La différence est variable, selon le modèle et la marque.

Pour encourager les entreprises à franchir le cap, des aides à l’achat nationales contribuent à amoindrir le surcoût, comme la prime à la conversion ou le bonus écologique : il s'agit d'une aide financière (jusqu’à 5000 euros, en fonction de diverses conditions) permettant notamment d’acheter une camionnette électrique ou hybride rechargeable.

Les collectivités locales s’engagent aussi : Grenoble Alpes Métropole propose une aide à l’acquisition pour les entreprises dont le siège est domicilié dans la métropole. Jusqu’à 40% du coût hors taxes, selon le type de véhicule. Et cette aide est cumulable avec celles proposées par l’Etat !

Des économies possible à moyen terme

Cependant, même si la camionnette est plus onéreuse, le prix de l’énergie est ensuite plus faible… En bref, le kilomètre roulé coûte moins cher. En fonction de vos usages, l’équation économique peut être tout à fait positive et il est possible de faire des économies à moyen terme. Un calcul à affiner en faisant un diagnostic personnalisé !

À noter, au moment du choix du véhicule, qu’il existe d’autres coups de pouce, comme le programme "ADVENIR", qui offre une aide financière pour l’installation de points de recharge d’électricité, ou encore des avantages fiscaux : les véhicules légers de société à faibles émissions sont exonérés du paiement de la taxe sur les véhicules de société. L’amortissement déductible du véhicule peut également être plus important, en fonction de divers critères.

Où se renseigner ?

Souvent, le réflexe est de se tourner vers le concessionnaire habituel. Le constructeur va donner une information riche… Mais biaisée, puisque chaque marque a une stratégie différente ! Pour avoir un panorama complet, il est recommandé de diversifier les sources d’information.

À cet égard, Grenoble Alpes Métropole propose un service bien utile aux entreprises de moins de 250 salariés du territoire (mais également aux associations et aux particuliers propriétaires de véhicules utilitaires légers ou poids lourds) : une prestation gratuite de conseil en transition énergétique de véhicule, avec un expert indépendant (d’une valeur de 1000 euros).

Cette assistance comprend un rendez-vous pour un diagnostic du parc de véhicules et des besoins de votre entreprise, puis une proposition de nouveaux types de véhicules à faibles émissions ou de nouvelles solutions de mobilité adaptées à vos besoins.

Pour l’aspect financier, la prestation procure également des simulations personnalisées de rentabilité économique du ou des véhicules(s) à l’achat et à l’usage sur plusieurs années, en prenant en compte les aides existantes… L’occasion parfaite de questionner vos usages et de réfléchir à la mobilité dans votre entreprise.