Covid-19 : La Métropole accompagne les commerçants et les artisans

Publiée le 17 novembre 2020

La Métropole poursuit et renforce ses mesures d’accompagnement pour les commerces et l’artisanat.

commerce proximité livraison
commerce proximité livraison : Lucas Frangella
Les commerces de proximité s'organisent pour continuer à servir leurs clients, y compris avec la livraison, toujours dans le respect des régles sanitaires

Compétente en matière de développement économique, Grenoble-Alpes Métropole accentue son soutien aux 7 000 commerçants, artisans, restaurateurs et hôteliers du territoire. Plusieurs dispositifs sont mis en place, notamment pour la commercialisation via les outils numériques. Dans le contexte actuel, la vente en ligne devient en effet une opportunité incontournable pour les commerces de proximité ; mais de nombreux freins techniques, logistiques ou humains, peuvent les empêcher de passer le cap. Comment les accompagner dans cette transition numérique ?

Plateforme de vente en ligne

La Métropole est partenaire de la plateforme de vente en ligne « En bas de ma rue » lancée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Grenoble. La plateforme est accessible depuis quelques semaines aux entreprises qui proposent produits et services : commerçants, mais aussi prestataires de services, artisans, producteurs. Cette plateforme permet aux commerçants de présenter leurs produits et de proposer le « click and collect » : le client achète en ligne et vient récupérer son paquet à l’entrée du magasin, dans le respect des règles sanitaires. Durant le confinement, l'accès à la plateforme est gratuit et sans engagement.

Cette plateforme complète l’offre multiple proposée aux commerçants pour être visibles et actifs sur internet, avec un site vitrine (présentation des produits et services) ou un site marchand (possibilité d’achats avec livraison et/ou récupération en magasin).

Nombreux sont ceux qui multiplient les occasions de contacts avec leurs clients, à l’image de Stéphanie Grondeau. Dirigeante d’une boutique de chaussures pour enfants dans le centre-ville de Grenoble, elle a créé son site internet lors du premier confinement. « Les pieds des enfants ne s’arrêtent pas de grandir, souligne-t-elle malicieusement. Mon site internet est donc une vitrine qui présente une centaine de modèles, parmi les 2.500 références que j’ai. Les parents regardent, m’appellent, je les conseille et je livre les chaussures chez eux, avec la possibilité d’essayer. » Elle a fait connaître ce nouveau service sur sa page Facebook et son compte Instagram. Et depuis le deuxième confinement, elle a également créé son espace sur « En bas de ma rue ».

Pour connaître les actions mises en place par son commerçant de quartier, le client peut donc lui envoyer un mail ou l’appeler directement et être certain de le trouver malgré la fermeture.

Stéphanie Grondeau, commerçante grenobloise, multiplie les modes de contact à distance avec ses clients pour limiter les effets du confinement.

Bons d’achats

La plateforme de bons d’achats « Soutien commerçants artisans », créée lors du premier confinement, est réactivée. Elle permet aux habitants d’acheter un bon d’achat auprès d’un commerçant ou artisan ayant dû fermer ses portes, bon d’achat qui pourra être utilisé après sa réouverture. Plus de 130 commerces métropolitains sont d’ores et déjà inscrits, et tout commerçant ou artisan du territoire le souhaitant peut s’inscrire gratuitement sur le site.

Aides aux travaux

En complément, Grenoble-Alpes Métropole renforce son dispositif d’aide aux travaux des commerces, y compris non sédentaires, des artisans, des services avec vitrine et de l’hôtellerie. Cent trois entreprises ont été accompagnées depuis le début de la crise par ce dispositif, pour un montant total de plus de 750 000 euros, et une quarantaine de demandes sont actuellement en cours d’analyse.

L’enveloppe passera à 2 millions d’euros en 2021 (permettant de soutenir des travaux engagés dès fin 2020) et le plafond de chiffre d’affaires éligible passera de 1 à 1,5 million d’euros pour les entreprises de l’hôtellerie et de la restauration. Ce dispositif permettra aussi de mieux conseiller ces acteurs sur les travaux améliorant la consommation énergétique de leurs établissements, souvent source de frais importants.