Dans le jardin

En jardinant différemment, on pourrait éviter 5 000 tonnes de déchets verts par an dans la Métropole grenobloise !
J’en profite pour changer mes habitudes avec quelques astuces simples, pour gagner en prime un jardin plus beau et écologique.

En jardinant différemment, on pourrait éviter 5 000 tonnes de déchets verts par an dans la Métropole grenobloise  !

Je broie mes déchets verts

  • Le broyage permet de transformer les branchages en broyat de bois très utile pour pailler les sols ou améliorer la structure de mon compost.
  • Je peux broyer les branches fines (moins d’1 cm) avec ma tondeuse. Si les branches sont trop grosses, j’ai peut-être la chance d’habiter sur une commune qui me prête un broyeur (se renseigner en mairie). Sinon, il est possible d'acheter/louer un broyeur à plusieurs pour partager les frais.
  • Je peux aussi participer aux stands de broyage organisés ponctuellement par la Métropole. Ces stands sont annoncés dans notre page « Agenda »

Quoi qu’il en soit, je ne brûle surtout pas mes déchets verts. C’est interdit, polluant et passible d’une amende de 450€.

Je composte mes déchets de jardin

 

  • Je composte sur place mes déchets végétaux avec mes déchets alimentaires, cela limite les allers-retours à la déchèterie tout en bénéficiant au jardin d’un compost utilisable dans le potager ou les jardinières.
  • Les feuilles mortes, branches (préalablement broyées de préférence) et tontes peuvent être compostées. Bien gérées, elles constituent d’ailleurs un très bon apport pour aérer et réguler l’humidité pour un compost de qualité.
  • Je commande mon matériel de compostage mis à disposition gratuitement par la Métropole. Je peux participer à un atelier de formation gratuit près de chez moi si je veux en savoir plus.

En savoir plus sur le compostage

Je pratique la “tonte mulching”

En tondant régulièrement, je peux laisser la pelouse coupée sur place. Cela enrichira mon terrain et limitera le portage vers le composteur ou la déchèterie. Cette pratique est facilitée par l’utilisation d’une tondeuse « mulching » qui broie finement la tonte mais peut se pratiquer aussi avec une tondeuse classique.

Je privilégie cette technique au dépôt en masse de la tonte dans le composteur qui risque de gêner l’oxygénation du compost et de produire des odeurs.

J’aménage une prairie fleurie

Je ne tonds pas une partie de mon terrain pour diminuer mes déchets de tonte et offrir un gîte à une faune diverse et utile au jardin. Je peux aussi créer une prairie fleurie qui agrémentera mon jardin par son aspect esthétique et favorisera la biodiversité.

Je jardine sans pesticide ni engrais de synthèse

Je dis adieu aux pesticides et autres produits chimiques désormais interdits à la vente et à l’utilisation pour les particuliers :

  • Pour garder un sol de qualité, vivant et aéré,
  • Pour ma santé et celle de ma famille,
  • Pour empêcher la pollution des eaux souterraines et favoriser la biodiversité.

J’apporte les produits phytosanitaires qu’il me reste en déchèterie pour les éliminer et je jardine au naturel pour les remplacer :

  • J’utilise des plantes locales, au bon endroit selon l’exposition et la nature du sol,
  • Je pratique la rotation des cultures au potager,
  • J’apporte du compost pour enrichir mon sol,
  • Je paille mon sol pour protéger mes végétaux des herbes indésirables et de la sécheresse,
  • J’associe des plantes complémentaires qui s’apportent des bénéfices mutuels,
  • J’utilise les plantes et les animaux auxiliaires pour lutter contre les maladies et les ravageurs.

 

J'apprends les gestes simples et efficaces aux ateliers gratuits de la Métropole  « Compostage individuel et jardinage zéro déchet ».